Comment décharger sa charge mentale de maman ? | L'Atelier des Mums

Le mum's mag

charge mentale de maman

Comment décharger sa charge mentale de maman ?

8 octobre 2017

Booker la baby-sitter pour samedi, laver les draps, poster le courrier pour la banque, racheter des couches, …

Elle carbure sans ménagement dans notre tête, elle existe bel et bien depuis longtemps et depuis de nombreuses générations dans nos cerveaux pourtant ce n’est que récemment que sa notoriété a explosé avec la publication de la BD de l’illustratrice Emma Clit : c’est la fameuse charge mentale ! 

Cette liste interminable qui tourne en boucle dans notre tête, se transforme souvent en un vrai ouragan à la naissance d’un enfant allant parfois jusqu’à nous mener vers l’épuisement.

C’est parce que j’ai été sollicitée par le magazine Marie-Claire pour témoigner avec mon mari sur notre charge mentale (Marie-Claire paru en Septembre 2017) que j’ai décidé de partager avec toi des astuces pour apprendre petit à petit à décharger ta charge mentale de maman.

 

  •  1 / prendre conscience


Avec mon mari nous sommes relativement ‘modernes’ dans notre gestion du foyer avec une naturelle répartition des tâches de manière équilibrée. Cependant le fait d’être interviewés par le magazine Marie-Claire m’a permis de prendre du recul, de faire des prises de conscience.

Tout d’abord nous avons réalisé conjointement que nous avions bien conscience l’un et l’autre de ce que chacun fait au jour le jour pour la famille, pour notre foyer. Cela aide à ne pas avoir de ressentiment l’un envers l’autre. 

Mais j’ai surtout pris conscience personnellement que si je commence à gérer trop de choses et que cela m’épuise c’est que je me suis mise toute seule dans cet état inconfortable. Je l'avoue !

Comme pour beaucoup de situations, j’ai l’habitude de dire que la prise de conscience est la base de tout : c’est la 1ère étape d’un changement et en même temps la marche la plus haute à monter ! 

Et toi, où en es-tu chère maman dans ta prise de conscience à la fois au niveau individuel et en couple ? 
Là où certaines illustrations d’Emma peuvent caricaturer le comportement de certains hommes et ainsi porter la faute sur eux (beaucoup d’hommes se sont sentis agressés en tombant sur quelques extraits), je contrebalancerais le propos en invitant les femmes qui en ressentent le besoin à amener leur couple vers une prise de conscience commune en passant par une communication non violente, ouverte, et non agressive basée sur l’accueil de la vision de chacun.

Oui c’est un fait que pendant le congé maternité les mamans apprennent à gérer plein de choses pour la maison et leur progéniture. Et c’est par pur automatisme qu’elles reproduisent ce schéma alors qu’elles retrouvent le chemin du travail.
C’est ainsi le bon moment de faire le point sur ce que chacun dans le couple à dans s acharne mentale et réalise au fil des journées et ainsi repartir du bon pied si l’un ou l’autre ressent une forme de déséquilibre ou si quelque chose n’est pas fluide.

A la maison on est une équipe et c’est inventé par l’Homme (dans le sens "être humain", hein !) l’idée que certaines tâches ont un sexe !

Si jamais cela coince chez ton chéri d’amour parce qu’il considère qu’il travaille plus, que toi à la maison en t’occupant des enfants tu ne travailles pas, ou toute autre excuse, rien de tel qu’une petite journée ou un weekend en solo avec mini-vous pour accélérer la prise de conscience ;-)

Avant de continuer je tiens à préciser qu’il y a des hommes qui souffrent aussi fortement de cette charge mentale liée à la gestion du foyer. La charge mentale n’a pas forcément de genre !

 

  • 2/ se responsabiliser


Comme je vous l’ai dit, j’ai pris conscience de ma propre responsabilité. De mon talent naturel de me charger la tête et de faire tourner les to-do lists dans mes pensées telle une danse endiablée.

En effet personne ne me force à penser à faire telle ou telle chose. Et d’ailleurs si je n’y pense juste pas, si j’oublie de faire quelque chose, si ce n’est pas bien fait, en réalité cela a-t-il vraiment des conséquences graves ? Alors pourquoi stresser ?!

Je n’occulte pas le fait que le nombre de tâches à accomplir après la naissance d’un ou plusieurs enfants augmente naturellement. Bien sûr avec seulement un enfant à la maison je ne peux m’imaginer ce que c’est avec 4 enfants pleins de vie chez soi. Car tant qu’on ne le vit pas il est impossible de savoir ce que c’est réellement.
Mais je suis convaincue que tout est question d’organisation et de lâcher-prise pour accéder à plus de sérénité !
Quand j'évoque notre propre responsabilité, je n'oublie pas que chaque père a aussi une responsabilité à tenir à la naissance de son enfant et des tâches à partager même si elles sont parfois ingrates.

Alors je me suis demandée d’où pouvait venir cette faculté de vouloir gérer autant de choses par moi-même et avec autant d'anticipation. En voici quelques explications : 
- je reproduis des schémas qui m’ont bercés
- j’aime que tout soit sous contrôle
- je me dis que ce sera ‘mieux’ fait par moi 

Et si je creuse un peu plus je découvre qu’en vrai j’aime accomplir des tâches pour ma famille. Cela doit sûrement me donner une dose d’autokiff ;) ou est-ce pure folie …
Le tout est de trouver une juste mesure !

 

  • 3 / Lâcher prise face au perfectionnisme !


Je le sais, je suis très perfectionniste dans la manière de faire les choses (mais je me soigne hi hi). Pour moi il n’y a pas une façon médiocre de faire, ce doit être tout de suite bien. Mon plus grand challenge quotidien est donc d’apprendre à lâcher-prise. D’accepter que les choses ne soient pas parfaites ou exactement faites comme moi je le ferai et que c’est ok (même si spontanément j’ai envie de grincer des dents) car cela ne va pas faire couler le navire !

Une fois ce perfectionnisme laissé au loin, je n’hésite pas à déléguer (mari, amis, parents, etc.) ou laisser certaines choses en plan. 

 

  •  4 / Apprendre à demander (avec délicatesse !)

Bon clairement on ne sait pas demander correctement les choses ! 
Déjà auprès d’une personne de son entourage (ami, collègue, chef, etc.) très souvent on n’ose pas demander un service car cela pourrait être jugé comme déplacé. 
Et avec son chéri, c’est une autre histoire. On demande parfois en agressant, en y intégrant une remarque désobligeante, un soupir, un regard noir, des râleries, un mot de trop qui fait tout basculer !
Parfois la demande n’est jamais formulée et est remplacée par un reproche : 
« non mais tu n’as toujours pas remarqué que la poubelle débordait ??? » 

Et toi sais-tu demander ?

 

  • 5 / Arrêter de procrastiner

Ma plus grande découverte a été de comprendre que je ne savais pas décharger rapidement ma charge mentale. Je m’explique.

J’ai une vilaine manie de ressasser longtemps les choses à faire dans ma tête, de repousser à plus tard les tâches les moins sympas à faire ou encore de garder au chaud une tâche en attendant le moment idéal pour l’accomplir. Comme par exemple, attendre le soir pour répondre à un mail perso sauf qu’en réalité après le combo bain-repas-coucher de mon fils je n’ai envie que d’une chose c’est de m’affaler sur le canap’ ! Pas vous ? 

C’est une forme de procrastination qui pollue le cerveau.

Alors que si je faisais les choses tout de suite, elles s’évaporeraient immédiatement de mon esprit et ne squatteraient pas aussi longtemps ma carte mémoire. Cela semble sûrement évident à lire comme ça mais ce fut un grand pas en avant pour moi ! 

J’imagine que beaucoup de personnes fonctionnent déjà naturellement de cette manière. Pour moi ce ceux des dieux et déesses de l’efficacité ! 

Cela rejoint sur cet aspect la méthode « Getting things done » de David Allen qui encourage à faire immédiatement une tâche qui ne prendrait que 2min. 

Et toi, si tu te reconnais aussi dans ce profil, que pourrais-tu faire tout de suite sans attendre ?

Maintenant je prends même plaisir à faire les choses immédiatement pour me décharger le mental et je me sens ainsi plus légère. A présent dès lors que j’ai un peu de temps libre rien que pour moi, je ne le pollue plus par ces petites tâches mais je le savoure avec une bonne dose de lecture ou du repos !

A ton tour ! Où en es-tu dans la gestion de ta charge mentale ? Partage avec nous tes astuces révolutionnaires !

Je t’embrasse, 

Tiphanie

 

PS : J’ai un service à te demander ! Si tu as chez toi ce fameux Marie-Claire de septembre qui traine dans un coin, cela me ferait très plaisir que tu me l’offres car j’aimerais voir la version papier ;-) 
En plus de ma gratitude, tu recevras une surprise en retour !

PPS : Si ton enfant a entre 18 mois et 3 ans et qu’il aime dire NON au point parfois de te sentir épuisée, désorientée avec un quotidien de maman qui s’est complexifié, alors l’accompagnement que je suis en train de préparer est fait pour toi !
Pour ne pas passer à côté des inscriptions, crie moi dans les commentaires de ce post : « NON, NON et NON !!!! » ;-)

PPPS : Si tu es enceinte ou que ton bébé vient de naitre, retrouve en fin de semaine sur ton espace membre tous les conseils pour apprendre à bien porter bébé avec une écharpe ou en porte-bébé. Plein de tutoriels vidéos présentés par Raphaëlle, experte en portage bébé Comme un cocoon , pour commencer le portage sans stresser et découvrir celui qui te convient le mieux. Si tu n'es pas encore inscrite au programme d'accompagnement de l'Atelier des Mums clique dans le menu sur l'onglet qui te correspond "future maman" ou "jeune maman"

Publié dans :
Article

Les avis de mums